Freyming-Merlebach

2017

Théâtre Théodore Gouvy

Maître d’ouvrage : Communauté de Communes Freyming-Merlebach
Coût : 7 700 000 € H.T.
Surface : 2850 m2


Le théâtre instaure un dialogue énergique avec le paysage urbain, il se plie pour s’adapter au contexte et à la logique des flux en présence. Posé sur un socle, il s’installe aux côtés de la nouvelle mairie; sa volumétrie singulière lui confère une silhouette élégante dont les lignes assurent les transitions visuelles entre les différentes parties du programme tout en respectant l’échelle de la ville. Le visiteur profite du jeu animé des volumes : en partie haute, le foyer se déhanche pour indiquer l’entrée. En partie basse, les transparences laissent entrevoir la richesse des parcours intérieurs et invitent à entrer. Cette générosité se retrouve à l’intérieur du bâtiment.

Le hall se déploie verticalement au travers d’un parcours où les escaliers semblent s’enchevêtrer. Dans un jeu d’obliques qui appuient la géométrie complexe du lieu, les espaces se dilatent pour donner une atmosphère vertigineuse. La matière homogène du plâtre laissé brut et la douceur du sol en moquette contribuent à donner le sentiment d’être dans un cocon disloqué. La lumière naturelle valorise les différentes faces et révèle les volumétries. Le parcours pour arriver à la salle est donc volontairement spectaculaire et théâtral. La salle de spectacle contraste fortement avec les surfaces nuancées de l’enveloppe. Le bâtiment s’adresse à la ville dans une blancheur immaculée, le hall décline les nuances de beige. La grande salle s’inscrit en rupture complète. Le rouge, le rose et l’orange donnent une densité à l’espace. Elle s’affirme comme le lieu majeur du projet, la couleur sanctuarise l’idée de spectacle.

Dans la salle de spectacle de 700 places, la visibilité est optimisée, le spectateur le plus éloigné n’est qu’à vingt mètres de la scène; les espaces de transition, inondés de lumière naturelle varient au rythme de la course du soleil. Cette mise en scène spatiale évolutive et dynamique fait écho à l’image même du théâtre.