Strasbourg

2017

Centre sportif des Droits de l'Homme

Maître d’ouvrage : Ville de Strasbourg
Coût : 4 300 000 € H.T.
Surface : 2660 m2


Le centre sportif trouve un équilibre et établit un dialogue avec l’école européenne. Il prolonge la logique des fragments déjà mise en œuvre pour le bâtiment de l’école. Les volumes des deux salles sont dissociés et pivotés, ce qui permet de placer la grande salle dans une situation idéale : perpendiculaire à la rue et implantée en limite Nord de la parcelle, sa position minimise l’impact du bâtiment dans le site. Toute la profondeur de la parcelle est utilisée, le bâtiment offre un linéaire plus court vers la rue, il donne plus de porosité vers le paysage. Le hall est transparent : il laisse voir depuis le parvis le bois à l’arrière de la parcelle. Une couronne programmatique, accueillant les vestiaires et locaux annexes, entoure les deux salles, tout en ménageant des vues à la fois vers l’extérieur et entre elles. Le projet est constitué de matériaux bruts et pérennes, finement mis en œuvre : béton architectonique, acier galvanisé, verre et linoléum. La salle multisports joue sur les nuances de gris de ces matériaux. Orientées nord et sud, c’est-à-dire de la meilleure façon pour contrôler la lumière naturelle, de grandes parois en polycarbonate permettent d’apporter et de diffuser une lumière douce et homogène dans toute la salle, sans risque d’éblouissement et de gêne pour les utilisateurs. L’acoustique a également été particulièrement travaillée : les murs à hauteur d’homme sont habillés de panneaux médium teintés dans la masse et perforés et le plafond est entièrement traité. Des panneaux caillebotis en acier galvanisé posés entre les poutres jouent le rôle de faux plafond ajouré : les éléments techniques sont protégés tout en permettant aux lampes d’éclairer la salle. La salle polyvalente, de forme carrée, est conçue par contraste avec le reste du bâtiment. Le parquet en chêne verni posé en damier se retourne sur les murs, dont la partie haute est floquée d’un plâtre acoustique. Le plafond en caisson reprend le jeu de damier du sol. Toute la double hauteur de la salle s’habille d’un vert sombre qui met en valeur la chaleur du chêne. Le projet tout en variation de gris apparait selon la lumière parfois laiteux et rugueux, parfois transparent et réfléchissant. Sa perception évolue au fil de la journée. Il installe un dialogue précieux avec la nature. La présence du végétal et la qualité de la lumière qui en découle donnent une grande préciosité et une grande élégance aux espaces.